Axe de recherche

Langages symboliques

Evaluer au mieux la nature des langages symboliques pour montrer en quoi ils sont nécessaires et limités pour mettre en commun nos intelligences...

En savoir +

Formations

CDNL

Licence Professionnelle : Création Développement Numérique en Ligne

Plus d’infos

Axe de recherche

Intelligence collective

A partir d’une critique de l’intelligence collective vue comme une société d’insecte, nous élaborons une définition de l’intelligence collective basée sur l’éthique et la mise en commun de la réflexivité.

En savoir +

« Bref, l'analogisme est un rêve herméneutique de complétude qui procède d'un constat d'insatisfaction : prenant acte de la segmentation générale des composants du monde sur une échelle de petits écarts, il nourrit l'espoir de tisser ces éléments faiblement hétérogènes en une trame d'affinité et d'attractions signifiantes ayant toute les apparences de la continuité » p. 281

img

Descola Philippe.

P. Descola, Par-delà nature et culture. Paris: NRF : Gallimard, 2005.

"La question n'est plus alors et aujourd'hui moins encore de contrôler la population comme machine de production, ce que Michel Foucault a décrit comme l'objectif de ce qu'il appelait le biopouvoir, mais d'en faire une machine de consommation : l'enjeu est moins le biopouvoir que le psychopouvoir comme contrôle et fabrication des motivations" p. 25

img

Stiegler Bernard

B. Stiegler, « Industrie relationnelle et économie de la contribution », in Le design de nos existences : A l'époque de l'innovation ascendante, Mille et une Nuits, 2008, p. 19-41.

"La formule du naturalisme est inverse de celle de l’animisme : ce n’est pas par leur corps, mais par leur esprit, que les humains se différencient des non-humains, comme c’est aussi par leur esprit qu’ils se différencient entre eux, par paquets, grâce à la diversité des réalisations que leur intériorité collective autorise en s’exprimant dans des langues et des cultures distinctes ; quant aux corps, ils sont tous soumis aux mêmes décrets de la nature et ne permettent pas de se singulariser par des genres de vie, comme c’était le cas dans l’animisme." p. 178

img

Descola Philippe

P. Descola, « La fabrique des images », Anthropologie et Sociétés, vol. 30, nᵒ 3, p. 167-182, 2006.

"La bêtise "consiste à vouloir conclure", c'est-à-dire avoir le dernier mot, et ce dernier mot, c'est toujours Moi, si haïssable. Au risque de paraitre trop ingénu ou, au contraire, trop ingénieux, je dirai donc, à la manière de Valéry, que "le moi n'est pas mon fort" et qu'il ne faut pas compter sur moi pour le fortifier." p. 277

img

Roger Alain

A. Roger, Bréviaire de la bêtise. Editions Gallimard, 2008.

"Ainsi, ce n'est pas seulement l'être qui conditionne le connaître, c'est aussi le connaître qui conditionne l'être, ces deux propositions de générant l'une l'autre en une boucle récursive. Disons autrement : la vie ne peut s'auto-organiser qu'avec la connaissance ; l'être vivant ne peut survivre dans son environnement qu'avec la connaissance. La vie n'est viable et vivable qu'avec la connaissance. Naïtre, c'est connaître." p. 48

img

Morin Edgar

E. Morin, La méthode, La connaissance de la connaissance, tome 3. Seuil, 1992.

"problème d'un énoncé complexe doté conjointement de deux signification. Ils fournissent de nombreux éléments de réflexion sur (a) les rapports (métaphore, autres tropes) et (b) la hiérarchie (priorité ou non du sens second) entre les deux niveaux de signification, (c) les modalités du passage de l'un à l'autre (comparaison explicite, discontinuité du premier "fil" discursif, recours à des motifs conventionnels, etc.), (d) l'ampleur (ponctuelle ou plus étendue) et (e) la fonction du phénomène (masquer une réalité offensante ou obscène, amplifier ou minorer, rendre plus frappante une menace, etc.)" p. 35

img

Chiron Pierre

P. Chiron, « Aspect rhétoriques et grammaticaux de l'interprétation allégorique d'Homère », in Allégorie des poètes Allégorie des philosophes : Etudes sur la poétique et l'herméneutique de l'allégorie de l'Antiquité à la Réforme, Librairie Philosophique Vrin, 2005.

"Introduire cette notion de relation (qu'elle soit unaire, binaire, ..., n-aire) c'est se donner les moyens de traiter celle de variable, c'est-à-dire de la place que viendra occuper tel ou tel objet dans un énoncé." p. 56

img

Jussien Narendra

N. Jussien, Logique(s), langages formels et complexité pour l'informatique. Hermes Science Publications, 2006.

"Au bout du compte, Epicure se sentait l'obligé de l'humain, non d'un monde devenu infernal. Son Jardin ne prétendait pas sauver le monde de son propre enfer. Il nourrissait une ambition bien plus modeste et finalement bien plus efficace : dégager une place pour l'humain au milieu de l'enfer, en lui donnant un sol où pousser." p. 104

img

Harrison Robert Pogue.

R. P. Harrison, Jardins : réflexions sur la condition humaine. Paris: le Pommier, 2007.

"Ce parcours nous a aussi conduit à une critique du logicisme et de la philosophie analytique et de ses prolongements qui mènent trop souvent à une illusion de profondeur orchestrée par la réduction tautologique. Toutefois, il ne s’agit pas d’exclure la logique du champ philosophique, mais il nous paraît plus fondamental de reconsidérer ce qui la fonde, le morpho-topologique qui la précède dans ses soubassements mêmes. Nous condamnons donc ces philosophies qui ne cessent de tourner autour des mêmes propositions, celles qui affirment que “tous les corbeaux sont noirs”. Car il nous paraît aujourd’hui essentiel de reconsidérer ces propositions universelles et de savoir que faire d’un corbeau qui serait aussi bleu que l’orange d’Eluard." p. 183

img

Jedrzejewski Franck

F. Jedrzejewski, « Diagrammes et Catégories », Philosophie, Université Paris-Diderot - Paris VII, Paris, 2007.

"Le dernier réquisit pour un système notationnel est la différenciation sémantique finie ; c'est à dire que, pour tout couple de caractères K et K' tels que leurs classes-de-concordance ne sont pas identiques, et pour tout objet h qui ne concorde pas avec les deux, il doit être théoriquement possible de déterminer ou bien que h ne concorde pas avec K ou bien que h ne concorde pas avec K'." p. 188

img

Goodman Nelson, Morizot Jacques

N. Goodman et J. Morizot, Langages de l'art: une approche de la théorie des symboles. J. Chambon, 1990.

"Abilities required for developing, improving andapplying ontologies:(1) Clarifying the purpose of a given ontology,understanding potential deployment, performingrequirements analysis.(2) Analyzing existing legacy models and datathat are relevant to a given project.(3) Judging what kinds of ontologies are usefulfor a given problem (including: knowingwhen ontologies are not useful).(4) Managing ontologies across their life cycle(requirements analysis and planning, managinga systematic update process, versioning,documentation, help desk, . . . ).(5) Identifying, evaluating and using softwaretools that support ontology development.(6) Choosing the appropriate representationlanguage.(7) Choosing the appropriate level of detail.(8) Identifying existing content resources (e.g.,existing ontologies, terminologies and relatedresources; relevant data; domain expertise,ontology expertise).(9) Assembling an ontology from reusable modules.(10) Using (reading, writing) different representationlanguages.(11) Conducting ontological analysis, that isidentifying entities and relationships; formulatingdefinitions and axioms.(12) Evaluating and improving ontologies (findingerrors via manual term-by-term inspection,solving interoperability problems,decomposing large ontologies into interconnectedmodules).(13) Documenting ontologies (e.g., providing naturallanguage definitions and providing conciseexplanations for axioms).(14) Working in teams, including those whichsupport the distributed development of ontologies.(15) Using at least one modern programming/scripting language." 95

img

Neuhaus Fabian, Florescu Elizabeth, Galton Antony, Gruninger Michael, Guarino Nicola, Obrst Leo, Sanchez Arturo, Vizedom Amanda, Yim Peter, Smith Barry

F. Neuhaus, E. Florescu, A. Galton, M. Gruninger, N. Guarino, L. Obrst, A. Sanchez, A. Vizedom, P. Yim, et B. Smith, « Creating the ontologists of the future », Applied Ontology, vol. 6, nᵒ 1, p. 91-98, janv. 2011.

"Une des fonctions les plus importantes de l'enseignement, du primaire aux différents cycles universitaires, sera donc de favoriser chez les étudiants la croissance durable de capacités autonomes de gestion personnelle des connaissances. Et cette gestion personnelle doit être conçue dès l'origine comme un processus élémentaire à partir duquel peuvent émerger les processus distribués d'intelligence collective qui l'alimentent en retour." p. 102

img

Lévy Pierre

P. Lévy, La sphère sémantique : Tome 1, Computation, cognition, économie de l'information. Hermes Science Publications, 2011.

"Le pouvoir d'agir dépend des conditions externes et internes au sujet, qui sont réunies à un moment particulier, comme l'état fonctionnel du sujet, artefacts et ressources disponibles, occasions d'interventions, etc. Il est toujours situé dans un rapport singulier au monde réel, rapport qui s'actualise et réalise la capacité d'agir en en transformant les potentialités en pouvoir." p. 19

img

Rabardel Pierre.

P. Rabardel, « Instrument subjectif et développement du pouvoir d'agir », in Modèles du sujet pour la conception : dialectiques, activités, développement, Toulouse: Octarès éditions, 2005.

"La « pratique » peut être définie comme une manière concrète d’exercer une activité (Rey, 2005), en recherchant également des résultats probants qui peuvent être associés à l’expérience, à l’action et à une posture analytique du sujet vis-à-vis de sa propre activité. Ce qui veut dire alors que l’acteur n’est pas considéré comme soumis et aveuglé par son champ d’actions, mais bien responsable et capable de situer et d’interroger sa propre pratique, et d’avoir une forme d’expertise sur son propre registre d’activités, d’autant plus que dans la plupart des situations interrogées, l’acteur par son analyse, cherche à améliorer son action et à être plus efficace" p. 40

img

Liquète Vincent

V. Liquète, « Des pratiques d'information à la construction de connaissances en contexte : de l'analyse à la modélisation SEPICRI », HDR, Université de Rouen, 2011.

"il n'y a de métaphysique que locale et temporaire : elle ne décrit pas la structure de la réalité comme un tout, mais propose des modèles." p. 113

img

Bachimont Bruno.

B. Bachimont, Ingénierie des connaissances et des contenus : Le numérique entre ontologies et documents. Paris: Hermes science publications, 2007.

"Pour être digital un système doit être non pas simplement discontinu, mais totalement différencié, syntaxiquement et sémantiquement. Si, comme nous le supposons pour les système dont nous discutons maintenant [digital], il est également non-ambigu et disjoint syntaxiquement et sémantiquement, il sera en conséquence notationnel." p. 196

img

Goodman Nelson, Morizot Jacques

N. Goodman et J. Morizot, Langages de l'art: une approche de la théorie des symboles. J. Chambon, 1990.

"En somme, il marque un temps, mais hors de la durée comptable et assignable. À ce titre, kairos échappe à toute maîtrise. Pour en devenir maître, il faudrait être un dieu, comme Athéna. Chez les mortels que sont d’abord les hommes pour les Grecs, le kairos arrive, il « tombe », tel l'Einfall, sans s’annoncer ni être précédé. Alors que l'on aimerait le susciter, le provoquer, il n’est pas du ressort de la volonté. Et tout l'art consistera à le reconnaître, voire l'anticiper, pour mieux le saisir."

img

Châtelet Isabelle

I. Châtelet, « À point nommé », Essaim, vol. 24, nᵒ 1, p. 63-72, mai 2010.

Tolbiac - Rez-de-jardin - libre-accès - Philosophie, histoire, sciences de l'homme - Salle K - Philosophie 121 PARR r support : livre

img

Parrochia Daniel

D. Parrochia, La raison systématique. Vrin, 1993.

"le développement de nouvelles formes de mémoires et d'intelligences distribuées attachées au processus de numérisation du signe constitue un "milieu stratégique" majeur." p. 29

img

Juanals Brigitte, Noyer Jean-Max

B. Juanals et J. - M. Noyer, « De l'émergence de nouvelles technologies intellectuelles », in Technologies de l'information et intelligences collectives, Hermes Science Publications, 2010.

" Ne plus penser l’activité comme simple interaction entre un système cognitif humain intra-crânien et un monde pré-donné nécessite de changer l’angle d’analyse et de considérer environnement et acteur comme un tout. La cognition ne peut être séparée de la situation, étudier la cognition nécessité d’étudier le couplage activité / situation comme unité de base. Nous nous intéresserons aux caractéristiques à notre sens importantes des notions d’action et d’activité, principalement au travers des approches de l’action située et de la Théorie de l’Activité" p. 30

img

Prié Yannick

Y. Prié, « Vers une phénoménologie des inscriptions numériques. Dynamique de l'activité et des structures informationnelles dans les systèmes d'interprétation. », HDR, Université Claude Bernard - Lyon I, Lyon, 2011.

Recherches

3500

Auteurs lus

Actions

646245

Lignes de CSS

714953

Lignes de HTML

3444527

Lignes de JavaScript

8106911

Lignes de PHP

Diffusions

54

Conférences

32

Publications

1572

Etudiants

63486

KM parcourus