Sublime Aimable

Si nous avions assez de sensibilité, nous pourrions la sentir dans la poésie de toute les langues. BORGES

 

8. Mieux : les critiques les plus virulentes contre l’académisme sont formulées dans l’enceinte même de l’Académie. (p. 31)*3

27. longuement caressée d'où rose tu n'échappes

qu'au prix peut-être d'une cassure

et de l'éparpillement dans l'herbe

de ce qui fut un songe et l'agonie d'un songe. (p. 160)*6

49. Sans la passion des saisons, aucune raison pour le sublime de consumer le principe d’une idée subliminale, d’une consommation idolâtre. *5

16. Sa vue est odieuse, et, si elle doit conduire l'esprit à un sentiment lui-même sublime, il faut qu'on ait déjà dans l'esprit bien des idées puisque celui-ci doit être incité à quitter la sensibilité pour s'occuper d'idées dont la finalité est supérieure. (p. 183)*4

S4(3)*17. Mz Herlin 1923-1924, Collage 14,9x11,3 cm, Musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg. (p. 126)*1

27. Et donc, avec un regain de nonchalance sadique destiné à faire sortir la léthargique en blouse de ses gonds encrassés, je dépose 11 francs sur la caisse et je réitère ma requête. (p. 74)*4

34. Une loi basée sur les mots gravés par nos ancêtres, la règle à suivre : n’est-ce qu’un jeu dont on ne sait pas encore qui pourrait bien en être l’arbitre ?*5

18. Les légions infernales traversèrent des vallées de ténèbres, des lieux d'épouvante, des régions de douleur, des montagne de glace et des montagnes de feu ; des rochers, des précipices, des lacs, des marais, des gouffres et des ombres de mort, un univers de mort. (p. 312)*4

20. La vie est une cerise

La mort est un noyau

L'amour un cerisier*6

18. La beauté absolue n'existe qu'au fond des êtres.*2

42. Concevoir les règles du jugement est un travail minutieux pour certain, sage, ludique, poétiques, comique, pour d’autres ; pour chacun ce travail est à faire, pour tous il conditionne. *5

29. La différence entre deux maux n’est qu’une histoire de mots. Les sens qui tournent en rond, l’essence sans plomb et les déchets du premier moteur et les traces de pollution dans un monde où la terre devient musée. Arrêter le progrès avant que la machine s'emballe comme le Pont Neuf avant qu’il ne brûle de nouveau aux sons des messages de terreurs, des cuivres militaires et des champs d’extrémités. *5

19. Musique cosmique et vertu apparente telles sont les offres du pouvoir explicatif.*2

3. Je désire, ainsi que je fis ici-bas, choisir un chemin pour aller comme il me plaira, au Paradis, où sont en plein jour les étoiles. (p.)*6

8. Amoureux de la vie, pratiquant du désordre, l'ivresse du confort accompagne l'hermétisme du trésor. *2

20. Tout est devenu la proie de l’âpre réalité,

Tout ce qui, jadis, était si beau, si divin ! (p. 141)*4

23. Ce corps mort rend la bonté de sa vérité, la justesse de sa beauté.*2

20. L'histoire disparaît pour laisser le vide au plaisir.*2

13. Quel vent luit doucement sur l'écorce du cerisier ?

Le rien vient de franchir les portes de l'errance. (p. 49)*6

6. Cette question se complique d’une autre : les yeux sont-ils en droit d’acquérir un pouvoir souverain sur l’âme, peut-on laisser le sentiment tyranniser notre raison, ou bien faut-il affirmer que le véritable sublime réside en Dieu seul ? (p. 45)*3

35. "Dieu c’est comme le sucre dans le lait chaud. Il est partout et on ne le voit pas. Plus on le cherche, moins on le trouve."*5

4. Un art qui, se réclamant de la comédie, chercherait à inspirer un sentiment de désir, serait un art impropre ; car le sentiment propre à l'art comique est la joie. (p. 170)*4

32. Les objets contiennent l'infini (p. 6)*6

48. Aura, ici et maintenant, dans un instant incertain, sans doute vivant plus que mort.*5

13. Sans objectif déterminé, il n'y a pas de progrès, ni de commencement, ni de fin.*2

2. A la place du hasard, à coté du boulanger, un devin charmant tentait des tantes tendues de tentations de tentes tentaculaires. Mais que faire ? Pourquoi pas le vert transparent de l’eau claire ?*5

S2(1)2. Dès que vous lui ôtez ces perfections pour lui donner celles d'un législateur qui défend le crime à l'homme et qui néanmoins pousse l'homme au crime, et puis l'en punît éternellement, vous en faites une nature en qui l'on ne saurait prendre nulle confiance, cruelle; ce n'est pas un objet de religion; de quoi servirait de l'invoquer, et de tâcher d'être sage ? (p. 170)*1

10. En effet, dans la mesure où elle est jugement de la faculté de juger esthétique réfléchissante, la satisfaction procurée par le sublime, comme celle que procure le beau, doit être universellement valable de point de vue de la quantité, désintéressée du point de vue de la qualité, elle doit faire apparaître, par rapport à la relation, une finalité subjective et la représenter comme nécessaire par rapport à la modalité. (p. 185)*4

22. Et de nouveau seul à errer prés des beautés fassinantes.*2

41. Change la mode en jeu d’identification aux canons des batailles esthétiques de statistiques urbainnes.*5

22. Tressée puis libérée, les antennes encadrent un visage sévère, une beauté profonde.*2

9. Au moyen des moyennes l'anarchie règle l'intuition sans trace à étudier sans nombre et sans intérêts.*2

19. Philosopher : créer des concepts, utiliser une méthode : outils de construction d’une sagesse.*5

S6(2)27. Dante est un tempérament austère, patricien, alors que Shakespeare, comme la nature, unit l'abondance au raffinement, et on peut aussi bien comparer l'un à une cathédrale, l'autre à une forêt, bien que Shakespeare n'ait pas pour le spectacle de la nature plus d'amour que n'en montre Dante.*1

S2(1)19. Tandis que l'Insecte est sous la forme de Ver ou sous celle de Chenille, il n'est a proprement parler, ni Mâle, ni Femelle; mais il sera Mâle ou Femelle lorsqu'il aura pris sa dernière forme, celle de Mouche ou de Papillon. (p. 315)*1

11. Dans cette exagération, écrit-elle, on reconnaît " le talent du romancier qui tire parti pour l’effet de l’impression du moment ou d’une supposition chimérique, et qui ne sait pas résister à l’attrait des couleurs chimériques ". (p. 55)*3

13. Bref, le jugement arrache le plaisir à sa contingence et le légitime en lui attribuant une universalité de droit. (p. 18)*3

37. Il traverse d'un vol, sur tes ailes de flamme,

Tous les champs du possible, et les mondes de l'âmes ;

Boit au fleuve éternel ;

Dans la nuit orageuse ou la nuit étoilée,

Sa chevelure, au crins des comètes mêlée,

Flamboie au front du ciel. (p. 409)*6

24. Je te parle chien et chat,

Je te parle messieurs-dames,

Vie et mort, amour, crachat,

Je te parle corps et âme. (p. 122)*6

7. Enseigner la règle c’est bien beau, mais laquelle ?*5

S6(2)9. Un jour que je me trouvais sur la plate-forme d'un tramway milanais, un individu muni d'une barbe grise et d'un chapeau vert à la mode calabraise braqua sur mon visage deux yeux presque blancs tant ils étaient révulsés, puis il me dit : (p. 91)*1

 

10. Cultivons notre jardin en sorte que la maxime de notre action puisse s’ériger en loi universelle de la Terre.*5

15. Je tremble que tout ceci ne soit qu’un songe : il est trop plein de douceur pour être réel. (p. 115)*4

25. Il existe également une différence spécifique entre ces deux satisfactions, dans la mesure où la première (le beau) s'accompagne directement d'un sentiment d'élévation de la vie et peut donc s'adjoindre un attrait et un jeu de l'imagination, tandis que la seconde (le sentiment du sublime) est un plaisir qui ne surgit que de manière indirecte, c'est-à-dire qu'il est produit par le sentiment d'un soudain blocage des forces vitales, suivi aussitôt d'un épanchement d'autant plus puissant de celle-ci ; en tant qu'émotion, le sentiment du sublime ne semble pas être un jeu mais une activité sérieuse de l'imagination. (p. 182)*4

14. Mais les dieux se courroucèrent de cette présomption, aussi se saisirent-ils du frère et de la sœur : ils les placèrent en haut dans le ciel et firent conduire par Sol les chevaux qui tiraient le char du soleil, lequel avait été créé par les dieux — afin d'éclairer les mondes — à l'aide d'une flammèche projetée hors de Muspell. (p. 40)*6

5. En fait, rien n’est plus rare, rien n’est moins naturel que l’amour, parce que tout le contredit. (p. 52)*3

27. Trop de questions, trop de questions, trop de questions, trop de questions, trop de questions, trop de question, trop de question, trop de questions, trop beaucoup trop, beaucoup trop, peu.*2

S2(3)*4. L'intention a besoin de se réaliser par l'action, et l'action l'enrichit : c'est de cette accrue qu'il faut désormais étudier la nature et le progrès. (p. 148)*1

 

36. Faire pour être, parfaire l’esprit de son corps, travailler la démarche autant que l’hache, construire le repos de son âme.*5

5. Certain diront "paresseux", je préfère dire "ingénieux".*2

2. Dignité symétrique vie bien partagée

Entre la vieillesse des rues

Et la jeunesse des nuages (p. 60)*6

 

 

18. Il est vrai que je n'ai ici aucune idée distincte ; mais ces mots font sur l'esprit une impression plus profonde que n'a l'image sensible ; et c'est là tout ce que je veux prouver. (p. 311)*4

15. Elle rouvrit les yeux, vit le soir aborder à la terre, vit une feuille bouger, un reflet mourir, une larme couler des paupières du ciel. (p. 122)*6

14. Le sort ne nous donne-t-il pas assez de peines sans en mettre jusque dans nos jeux ? (p. 464)*4

28. Il est certain que nous n'avons plus ni ciel ni ombre ni branche de rouge prunier avec des fruits et la raie

et que seule la colère des ruelles sans portes entrait et sortait dans mon âme

sans savoir où aller ni où revenir sans tuer et sans mourir. (p. 314)*6

9. Cet effort, ainsi que le sentiment de l’impossibilité d’atteindre l’Idée par l’imagination, est lui-même une présentation de la finalité subjective de notre esprit dans l’usage de l’imagination en ce qui concerne sa destination suprasensible ; et il nous oblige à penser subjectivement la nature elle-même en sa totalité comme présentation de quelque chose de suprasensible, sans parvenir à instaurer objectivement cette présentation. (p. 6)*3

4. Les adeptes ne sont pas ignorants de ses choses, ni des vertus de l'étincelle tirée du doigt hors de la sphère. (p. 97)*6

 

1. Midi, son peuple, ses lois fortes... L'oiseau plus vaste sur son erre voit l'homme libre de son ombre, à la limite de son bien. (p. 205)*6

17. Règle chaographique : de verbe, en verbe, le sujet se conjugue à l’instant de l’accord.*5

S2(2)Sachez saisir le rythme de la frayeur de vos ennemis et parvenez à la victoire grâce à cet avantage. (p. 114)*1

32. Ne pas comprendre c'est ne pas accepter de ne pas comprendre ? Peut-on accepter de ne pas comprendre ?*2

40. La tâche à remplir a des contours parsemés de vide où s’évade la lumière.*5

17. Malheur à lui, s'il ne cherche pas à surmonter ces différentes passions, et s'il n'attend pas avec confiance la récompense due à son activité. (p. 9)*4

14. La mémoire est transcendante, incarnée dans la trace, elle devient histoire.*2

S4(3)*7. Il faut entendre par là que l'homme qui écrit se soumet à une contrainte intérieure, à une pression qu'exerce sur lui cette part de lui-même qu'il ne parvient pas à identifier et qui lui impose, mot à mot, phrase à phrase, un texte qui lui est passablement étranger, dans lequel il ne se reconnaît pas clairement et qui en général, en dit beaucoup plus long qu'il ne saurait le dire sur les vérités du cœur et sur les images qui peuplent la nuit. (p. 82)*1

S6(4)*12. CATEGORIES*1

9. Voyager de toile d’étoile à la rencontre des tableaux vivants sur l’écran canonique des tubes de silice sicilienne.*5

12. Marcher au rythme du vient et va, contemplant les sémantiques semences d’un paysage de forêt en vent.*5

29. Si les feuilles nouvelles se fraient vers la lumière un chemin par la force en brisant sans pitié, l'écorce dure doit souffrir infiniment. (p. 203)*6

30. C'est dans le quasiment insignifiant, le plus prosaïque, que parviennent à se dissimuler, et donc que peuvent se laisser apercevoir par éclats, dans une oscillation minuscule, les rapports entre la volonté de connaître et les effets d'une conscience malheureuse. (p. 240)*6

8. *5

S3(1)24. En conséquence il n'y a dans un seul et même flux de conscience deux rationalités, formant une unité indissoluble, s'exigeant l'une l'autre comme deux cotés d'une seule et même chose, enlacées l'une l'autre. (p. 108)*1

24. Maladie de pouce ou de boss poussent l’os de la douleur devant la souffrance d’une thérapie que justifie le soignant soigné.*5

12. Tout le rapport au monde se trouve modifié, du fait qu’il se trouve régi non par la raison, mais par une force ou une entéléchie. (p. 10)*3

S2(2)Tout ce qu'ils obtiennent est dû aux vertus de la tactique. (p. 52)*1

2. - Impossible d’atteindre la nature comme présentation des Idées. (p. 61)*3

36. Mots de rien,

mots terriens,

laisse-moi deviner ?*2

 

3. Petite mort solitaire passe d’image de vie, de soupir, d’aucun regret, de délivrance, de paix : message odorant.*5

9. C'est alors qu'on établit à grand soin la résidence funèbre, de peur que l'esprit, s'y trouvant mal, n'aille errer ailleurs. (p. 47)*6

 

15. Quand le double jeu sérieux

Des langues que la bouche presse (p. 326)*4

34. Qui écoutera celui qui répète ce qu'il entend et parle de ce qu'il ne connaît pas ?*2

1. Important et copieux ouvrage que la dispersion des références rend cependant d’une lecture quelque peu aride. (p. 4)*3

4. Comment qualifier cette démarche ?*2

26. Il n'y a rien qui puisse dans l'état actuel de la question renverser les fondements de cette pensée, généralement admise comme un modèle acceptable.*2

4. Parlons maintenant de la comédie. (p. 170)*4

36. Et pendant que les spectateurs pas tellement surpris de cette vielle et fâcheuse nouvelle se demandent simplement si il faut la prendre au tragique ou au sérieux le Troupe du plus Great Circus in the world et Ailleurs démonte rapidement les décors et s'en va sans oublier la caisse vers d'autres régions pour donner de nouvelles représentations. (p. 239)*6

S2(1)39. Que des être libres, destinés à la raison et à la moralité, partent en guerre contre la raison et travaillent de toutes leurs forces au triomphe de la déraison et du vice, ne saurait non plus me faire perdre contenance ni me livrer au pouvoir du courroux et de l'indignation. (p. 208)*1

 

32. Dans le cadre d’un exercice donné, les copies se suivent en structures reconnaissables.*5

 

33. Ne pas trouver d’ordre signifie-t-il qu’il n’y en a pas ?*5

S2(4)9. L'intellect gouverne les choses qui lui sont subordonnées, selon la loi qui veut que, dans tout ordre, ce qui est premier — et donc est cause — possède aussi un pouvoir de gouvernement à l'égard des éléments qui appartiennent à l'ordre en question. (p. 101)*1

 

35. Métaphysique sur l'oreille tu la fumeras plus tard.

Le jour de ta mort quelles seront tes dernières volontés ?*2

 

 

3. Je ne tiens pas à vous convaincre qu'il en est ainsi car je crois qu'il peut en être autrement.*2

17. Une pente insensible

Va du monde réel à la sphère invisible ;

La spirale est profonde, et quand on y descend,

Sans cesse se prolonge et va s'élargissant,

Et pour avoir touché quelque énigme fatale,

De ce voyage obscur souvent on revient pâle ! (p. 95)*6

 

6. Une grenouille dans un bocal montait et descendait sur une échelle allant du sublime à la beauté. Un homme la regarder se demandant ce qu’il pourrait bien prévoir. Il comprit que la grenouille désirait lui parler. Il ouvrit le bocal.*5

 

 

46. PLOUF !*5

26. Le jour

Nous donne à incarner

La passion du monde. (p. 182)*6

7. Le processus s’arrête et développe plus ou moins d’échos : il pose alors le problème de son sens et de son enjeu. (p. 37)*3

S4(4)*15. Ceux qui ignorent les bases réelles d'une étude risquent, naturellement, d'être surpris quand on leur en révèle les méthodes. (p. 192)*1

24. Je ne connais aucune peinture, bonne ou mauvaise, qui produise le même effet : ainsi la poésie, avec toute son obscurité, exerce un empire plus général et en même temps plus puissant que l'art de la peinture. (p. 109)*4

3. Que lui reste-t-il à montrer ? (p. 61)*3

28. Le sublime est singulier, comme l’ouvrage qu’il réalise ; l’ouvrier-masse est nombre, il est anonyme, collectif. (p. 47)*4

7. Je joue avec le sens du silence des paroles tracées.*2

 

34. Je vais donc rester ainsi dans ma pouillerie, sans trouver une âme qui se souvienne de mes loyaux services ou qui croie que je puisse être bon à rien. (p. 1438)*6

15. Qui peut parler de ce que nous saurons avant de dire ce que nous sommes ?*5

5. On le sait déjà puisque nous l’avons évoqué avec force à propos du jardin chinois : l’exotique est en nous, et la communion dont nous parle le Yi King est dans nos vies, nos expériences, nos amours, si, toutefois, nous acceptons de vivre, de sentir, d’aimer sous le signe de la beauté. (p. 269)*4

 

S2(1)2. Dès que vous lui ôtez ces perfections pour lui donner celles d'un législateur qui défend le crime à l'homme et qui néanmoins pousse l'homme au crime, et puis l'en punît éternellement, vous en faites une nature en qui l'on ne saurait prendre nulle confiance, cruelle; ce n'est pas un objet de religion; de quoi servirait de l'invoquer, et de tâcher d'être sage ? (p. 170)*1

 

S2(1)9. L'orgueil et l'humilité, bien qu'ils soient directement contraires dans leurs effets et dans leurs sensations, ont pourtant le même objet; si bien qu'il convient de seulement changer d'impressions sans changer en rien la relation d'idées. (p. 388)*1

 

22. Elle élimine

Tout autour d'elle,

Mais pas en elle. (poème 125)*6

16. Nuit stérile partout scintille,

échappe au contrôle du faible,

entraîne le plaisir de n'être plus.*2

S6(4)*7. PHENOMENE*1

1. Nous appliquons métaphoriquement l'idée de la douceur à la vue et au son ; mais comme les qualités des corps, par lesquelles ils sont propres à exciter le plaisir ou la douleur dans ces sens, ne sont pas aussi frappantes que celles qui s'exercent sur les autres, nous renverrons l'explication de leur analogie, qui est trés-intime, à cette partie où nous venons à considérer la cause efficiente commune du beau par rapport à tous les sens. (p. 223)*4

S2(2)Dans tous les cas prendre l'initiative signifie parvenir à la victoire sous l'effet de l'intelligence de la tactique. (p. 103)*1

 

S2(1)1.1. A man standing on a clifff is at liberty to leap twenty yards dowards into the sea, not because he has a power to do the contrary action, wich is to leap twenty yards upwards, for that he cannot do; but he is therefore free because he has a power to leap or not to leap.*1

S6(2)46. Buit their stroke was too late (p. 302)*1

S4(4)17. Connu sous le nom d'ignorance, ce jeu en comprend en effet trois sortes : l'ignorance qui s'ignore elle-même, l'ignorance qui naît à l'intérieur, et l'ignorance de la compulsion ou ignorance de la mesure immédiate. (p. 17)*1

 

 

 

10. Comme il manqua son coup, on lui coupa son cou ;

C'est au champ des navets qu'elle est, son Icarie ;

Le rêve si l'on n'y prend garde ira jusqu'où ? (p. 57)*6

 

11. "Pourtant couper des têtes disait-il ça m"embête, c’est un truc idiot, ça salit mon billot."*5

S6(2)3. Novella Seconda (p. 3)*1

 

 

12. Pour progresser il faut un début et des buts.*2

S6(2) Que so domino se me incluir nele, se ele me incluir a mim. (p. 36)*1

31. Le non sens n'est accepté que dans la mesure où sa valeur est nulle.*2

 

 

 

 

 

 

8. La même histoire se répète non plus dans le registre lumineux de l’au-delà blanc de la gloire céleste, mais dans le registre nocturne de l’en-bas noir de l’ombre infernale. (p. 258)*4

S3(1)34. Je crois d'ailleurs que presque tous les moyens qu'on a employés pour prouver l'existence de Dieu sont bon et pourraient servir si on les perfectionnait, et je ne suis nullement d'avis qu'on doive négliger celui qui se tire de l'ordre des choses. (p. 256)*1

 

 

 

25. Loin des questions, sur la voie des réponses, j'oublie mon propos.*2

6. Face aux questions sans réponse, devant la métaphysique, on peut se taire, parler pour ne rien dire où jouir du jeu des mots.*2

 

 

 

 

 

 

 

2. L’essentiel est-il la trace de la conception, de l’acte ou bien du hasard, déposé sur la toile ? (p. 198)*4

20. L’inspiration du moment leur a donné le jour,

Ils s’enfuient entraînés dans la ronde légère des Heures. (p. 149)*4

 

 

10. Pour ma part, je ne pense pas qu’il y ait humiliation, mais seulement contrainte à l’humilité dans le sublime. (p. 39)*3

 

S2(1)17.1. Je ne prétends pas inférer de ces exemples qu'on doive introduire chez nous de pareille mœurs : je dis seulement qu'on ne peut raisonnablement reprocher aux femmes une fausseté dont la décence et les lois leur font, pour ainsi dire, une nécessité; et qu'enfin l'on ne change point les effets en laissant subsister les causes. (p. 239)*1

33. Pouquoi ne pas être libre ?*2

 

44. Joker liquide le fou pour le presser et le mettre en boîte. Esquive de Descartes qui défausse sa main. Kant abat ces cartes. Le jeu est faussé. Qui a triché ?*5

 

S4(3)*21. En principe, ils sont pourtant bien adaptés à leur situation : ils ont accepté un degré de contrôle étatique encore inconnu dans la plupart des pays occidentaux ; en échange de la sexualité, ils se sont laissé assujettir par leurs dirigeant ; ils ont fait une vertu du conformisme nécessaire au bon fonctionnement de leur société ; la révolte ne fait pas consciemment partie de leur nature... (p. 241)*1

6. Toi ma patience ma parente

Gorge haut suspendue orgue de la nuit lente

Révérence cachant tous les ciels dans sa grâce

Prépare à la vengeance un lit d'où je naîtrai. (p. 85)*6

 

27. De droite à gauche, toujours aussi maladroit, je suis près à réparer tout ce que j’aurai cassé.*5

7. Telle est cette polyrythmie perturbatrice, comme traversée de torrents de mauvais rire. (p. 99)*6

 

S2(3)*6. (p. 50)*1

19. Du Monde Entier (p. 3)*6

 

 

19.C’est comme inquiétant, et comme place à la limite de ce que la littérature pouvait admettre, que les critiques contemporains l’ont considéré : cette fraîcheur d’impression est autrement significative que les apologétiques ultérieures. (p. 175)*4

21. Hélas, cher ami, c'est pourtant mon métier ; que deviendrais-je si je ne préconisais plus ? (p. 25)*6