[hal-01280587] Monades numériques pour une modélisation spatio-temporelle des humanités urbaines

Samuel Szoniecky Arnaud Laborderie Imad Saleh

[hal-01280587] Monades numériques pour une modélisation spatio-temporelle des humanités urbaines

Pour comprendre et analyser les fluctuations chaotiques de la ville, le chercheur doit se munir d’outils théoriques et de dispositif d’enquêtes adaptés à ce milieu. Au-delà de la ville, les enjeux de ces recherches touchent globalement le domaine des humanités numériques tant du point de vue des sujets traités que des moyens de le faire. Ainsi, les questions soulevées portent sur la constitution de données à partir de capteurs automatiques et/ou humains (Martouzet, 2014), sur l’exploitation des « big data » résultant de cette collecte (Calderan, 2015), sur les simulations de systèmes complexes et les recommandations qu’elles produisent , sur l’interprétation des données à partir de dispositifs pour le design d’information , sur les expressions artistiques qui émergent (Gwiazdzinski, 2014), sur la valorisation des patrimoines matériel et immatériel… Dans cet article, nous proposons d’analyser la ville et ses temporalités à la manière d’un écosystème d’information (Ingold, 2012 ; Guattari, 1989) qui, en tant que milieu dynamique et vivant, met en jeu des raisons trajectives (Berque, 1993) et des ontologies (Latour, 2012 ; Bachimont, 2007 ; Descola, 2006) qui lui sont propres. À partir de ces principes théoriques, nous montrerons comment modéliser des existences informationnelles selon une succession de monades numériques proposant « ici et maintenant » un point de vue unique sur les milieux urbains. Ces monades nous serviront à la fois pour analyser des dispositifs info-communicationnels en usage dans les « smart cities » (De Santis, 2014) et pour concevoir de nouveaux dispositifs de médiation.